ADEPBA

Aller au contenu

Menu principal :

VIE DE L'ASSOCIATION
Concours scolaire 2018/19
LE PORTUGAL ET LA GRANDE GUERRE

Palmarès

Ecole primaire
1er prix :
Aloui SARAH / Ella PAPOLARD / Olivia TRZEBOUSKI - CM2, Ecole Louis Armand
69100 VILLEURBANNE
2ème prix :
Myriam HADOUACHI – CM2, Ecole Simore Signoret, 69800 SAINT-PRIEST
3ème prix :
Augustin BESNARD – CM2, Ecole Lucie Aubrac, 69002 LYON
Accessit :
Marilou STEFANI – CM1, Ecole Michelet A, 92600 ASNIERES-SUR-SEINE

Collège
1er prix :
Christophe G. ALTIER /Xavier CHARRA / Jules MASSON / Killian RICHARD  – 4ème,  Collège Honoré d’Urfé, 42000 SAINT- ETIENNE
2ème prix :
Daniela MOREIRA / Andreia BARBOSA / Esteban PRESA – 3ème, Collège Vernier, 06000 NICE
3ème prix :
ImaneTAARABIT – 3ème, Collège Gérard Philipe, 69800 SAINT-PRIEST
Accessit :
Lou-Anne SALGADO – 3ème, AES Cordas e Tradição, 95170 DEUIL-LA-BARRE

Lycée
1er prix :
Flora RAFAYELYAN / Luane DOS SANTOS ROSINHA / Inês PEREIRA – 1ère, Cité Scolaire Internationale Europole, 38000 GRENOBLE
2ème prix :
Gloria MOHENDELUA / Alex LOURENÇO / Ella KHANZADYAN – 1ère , Cité Scolaire Internationale Europole, 38000 GRENOBLE
3ème prix :
Aicha BENZENGA - 1ère, Lycée Honoré de Balzac, 75017 PARIS
Accessit :
Eliana REGO / Léonie COSTA – 1ère, Lycée Evariste Galois, 78500 SARTROUVILLE


La remise des prix aura lieu le
Samedi 25 mai 2019 à 14h30
à la Maison du Portugal
Cité Universitaire – 7 P Boulevard Jourdan, 75014 PARIS
Métro : Cité Universitaire

    MERCI DE SIGNER CETTE PETITION
    Défendons l'enseignement de la LANGUE PORTUGAISE
    Pour:M. BLANQUER, ministre de l'Education
     
Le nouveau Bac met en DANGER la langue portugaise au Lycée

ENSEMBLE DÉFENDONS
L’ENSEIGNEMENT DE LA LANGUE PORTUGAISE!

La réforme du bac qui sera en vigueur en 2021 constitue un véritable danger d’éradication des langues dites « rares », dont LE PORTUGAIS.

• la liste des enseignements de spécialité en LLCE ne contient que l’anglais, l’allemand, l’espagnol, l’italien, ainsi que les langues régionales.

La langue portugaise, parlée par 250 millions de personnes dans divers pays du monde  ne fait pas partie des enseignements de spécialité.

L’ADEPBA demande que le choix des langues pour cet enseignement de spécialité LLCE soit ouvert aux langues dites « rares » !

• le choix de la langue au baccalauréat est un droit, et les candidats peuvent actuellement permuter les langues lors de l’inscription à l’examen. Cela ne sera plus le cas avec la mise en place de la réforme !

L’ADEPBA demande le maintien de cette permutation entre LVB et LVA d’une part, et entre LVC et LVB pour les candidats suivant un enseignement de portugais dans leur établissement.

• l’option facultative (LVC), ancienne LV3, n’a pas d’épreuve au bac, elle est noyée dans les 10 % de contrôle continu, et ne représentera plus que 0,4 % de la note finale. Le bénéfice étant minime, les élèves ne la choisiront plus : « À quoi bon, dans ces circonstances, surcharger l’emploi du temps … »

L’ADEPBA demande que l’option LVC soit valorisée par un coefficient 2, comme l'est à l'heure actuelle la LV3 (option facultative, mais dont les points au-dessus de la moyenne sont multipliés par 2),
- afin de valoriser le choix des élèves
- afin de préserver l'enseignement des langues autres que les habituelles.

Il y va de la survie de l’enseignement du portugais en France !
SOUTENEZ NOTRE ACTION

SIGNEZ LA PÉTITION !

ADEPBA

Association pour le Développement de Études Portugaises Brésiliennes d’Afrique et d’Asie lusophones

Les signataires


POR FAVOR, ASSINE A PETIÇÃO
O novo Baccalauréat  “Bac” (Exame final do secundário) coloca em  PERIGO o ensino da língua portuguesa no ensino secundário.
JUNTO DEFENDEMOS
O ENSINO DO PORTUGUÊS!

A reforma do Bac que entrará em vigor em 2021 é um perigo real de erradicação das chamadas línguas "raras", inclusive O PORTUGUÊS.
A lista de desciplinas de especialidade LLCE: Língua, Literatura, Cultura, Estrangeira só menciona o  inglês, alemão, espanhol, italiano e línguas regionais.
O português, língua falada por 250 milhões de pessoas em vários países do mundo, não faz parte das desciplinas de especialidade.
A ADEPBA pede que a escolha das línguas para este ensino de especialidade LLCE seja aberto às línguas ditas “raras”!

A escolha da língua no Baccalauréat é um direito, e os candidatos podem inverter as línguas quando se inscrevem para o exame. Isso não será mais o caso com a implementação da reforma!
A ADEPBA pede que esta permutação seja mantida entre a LVB (Língua Viva B) e a LVA, por um lado, e entre a LVC e a LVB, para os candidatos que seguem uma formação de português no secundário.
A opção facultativa (LVC), antiga LV3, não possui exame no novo Bac, afoga-se nos 10% da avaliação contínua e representará apenas 0,4% da nota final. Como o benefício é mínimo, os alunos deixarão de a escolher:  "Para quê, nessas circunstâncias, sobrecarregar o pronograma ..."
A ADEPBA pede que a opção LVC seja avaliada com um coeficiente 2, como é atualmente a LV3 (opção facultativa, mas cujos pontos acima da média são multiplicados por 2):
- para valorizar a escolha dos alunos.
- para  preservar o ensino das outras línguas além das habituais.

A sobrevivência do ensino do português em França está em risco!

APOIE A NOSSA AÇÃO
ASSINE A PETIÇÃO!



L'ADEPBA vient d'écrire au Ministre de l'Education nationale pour se plaindre du traitement discriminatoire du portugais au Baccalauréat. En effet, la liste des enseignements de spécialité en LLCE ne contient que l’anglais, l’allemand, l’espagnol, l’italien, ainsi que les langues régionales !

Le portugais ainsi que les langues dites « rares » sont exclues !



Paris, le 12 février 2019

M. Christophe GONZALEZ ,
Président de l’Association pour le Développement des Études
Portugaises, Brésiliennes, d’Afrique et d’Asie lusophones (ADEPBA)
à
Monsieur Jean-Michel Blanquer
Ministre de l’Éducation nationale.

Monsieur le Ministre,
L’ADEPBA enregistre avec satisfaction l’offre de 12 postes aux concours interne et externe du Capes de portugais, augmentation pour laquelle notre association est maintes fois intervenue auprès de vos services.

Pourtant, premier point, au même moment, l’avenir de l’enseignement du portugais nous semble être mis en cause par les modalités de la réforme du lycée et du baccalauréat. Pire, la mise en œuvre annoncée constitue un véritable danger d’éradication des langues dites « rares », singulièrement du portugais. En effet, la liste des enseignements de spécialité en LLCE ne contient que l’anglais, l’allemand, l’espagnol, l’italien, ainsi que les langues régionales.
Au plan des principes et de la réalité linguistique, cette situation d’exclusion est aberrante concernant une langue parlée par 250 millions de locuteurs dans divers pays du monde : cette dimension internationale est bien loin de caractériser certaines langues retenues ! Par ailleurs, cette réduction de l’offre est incompréhensible dans certains territoires, notamment en Guyane, pour le portugais. Il est évident que devant le manque de perspectives créées par la réforme, les élèves risquent de se détourner de la LVA ou LVB portugais puisqu’ils ne pourront pas en approfondir l'étude en spécialité.
L’ADEPBA demande que le choix des langues pour cet enseignement de spécialité LLCE soit ouvert aux langues dites « rares » en tenant compte de leur aire d’implantation (singulièrement en Guyane), et quitte à créer des pôles stratégiques (EIE : Enseignement Inter Etablissements) dans divers lycées où les élèves iraient suivre cette spécialité. Bien sûr, cette demande s’applique encore au réseau des établissements français à l’étranger AEFE.

Par ailleurs, deuxième point, le choix de la langue au baccalauréat est un droit, les candidats pouvant permuter les langues lors de l’inscription à l’examen
L’ADEPBA demande le maintien de cette permutation entre LVB et LVA d’une part, et entre LVC et LVB pour les candidats suivant un enseignement de portugais dans leur établissement.
Enfin, troisièmement, force est de constater que de nombreux chefs d’établissements considèrent que l’enseignement optionnel est facultatif. Dans la perspective de cette réforme, la LVC et les sections européennes, dispositifs qui proposent des parcours renforçant l’attractivité des langues dites « rares », seront supprimés.
L’ADEPBA demande que l’option LVC soit valorisée par un coefficient 2, comme l'est à l'heure actuelle la LV3 (option facultative, mais dont les points au-dessus de la moyenne sont multipliés par 2), afin de préserver l'enseignement des langues autres que les habituelles. En effet la réforme dilue le bénéfice de la LVC : intégré aux 10% de la moyenne des notes des enseignements de tronc commun, la LVC ne représentera que 0,4% de la note finale. Un pourcentage infime qui ne peut motiver le choix d'une LVC, sans épreuve terminale, sans pondération, pour laquelle seront consacrées 3 heures par semaine, de la seconde à la terminale !
Par surcroît, et même si le ministère n’est qu’indirectement impliqué dans cet argument, l’avenir de la LVC est encore grandement fragilisé par le fait de n’être plus financée dans les DGH mais prise sur la marge destinée à la prise en charge d’un grand nombre d’actions. Afin que l’existence des options soit effective et ne dépende pas d’une décision locale, il serait souhaitable que la dotation horaire des établissements soit renforcée par une enveloppe spécifique pour les options. Mais, du reste, on ne peut que s’inquiéter de la disparition des options à choisir dès l’entrée en seconde du nouveau lycée.
Monsieur le ministre, espérant vous avoir convaincu sur les trois point abordés : 1) le rétablissement du portugais, langue d’usage international, dans la liste des enseignements de spécialité, 2) le maintien de la permutation des langues en vue du baccalauréat, 3) la question des options, veuillez recevoir l’expression de notre considération respectueuse.

  Christophe Gonzalez
Président de l’ADEPBA

PS : copies aux représentants des pays lusophones et aux entités intéressées par la diffusion de la langue portugaise, dans ses divers aspects.

 Téléchargez ci-dessous le dépliant du réglement du concours
 
  Concours scolaire 2018/2019 : « Le Portugal et la Grande Guerre (1914-1918) »

A l’occasion du centenaire de la bataille de La Lys, 9 avril 2018 et de la fin de la première guerre mondiale, le 11 novembre 2018, l’ADEPBA a décidé d’organiser  en collaboration avec la Coordination de l’Enseignement portugais en France, Institut Camões, un nouveau concours scolaire pour l’année 2018/2019. Ce concours sera également placé sous le haut patronage de l’Inspection Générale de portugais et avec le mécénat du Consulat-Général du Portugal à Paris (DGACCP) et Caixa Geral de Depósitos.

Ce Concours s’intitule : «Le Portugal et la Grande Guerre (1914-1918)».
Ce thème est en relation avec les programmes officiels pour l’enseignement du portugais dans l’enseignement primaire et secondaire (collèges et lycées). Il permettra aux élèves d’exprimer leurs connaissances, leurs visions, leurs témoignages, leurs émotions et leur  créativité sur le thème de la position du Portugal et la participation des soldats portugais à la première guerre mondiale en présentant des travaux sous forme de : Production écrite ; texte (poème, nouvelle, conte, article) ; Travail de recherche (historique, sociologique, sur la presse, sur    les chansons, sur les arts graphiques – 8 pages A4 maximum) ; Enregistrement-audio : interview, chanson, reportage, témoignage, émission de  radio (10 minutes maximum) ; Vidéo : reportage, court-métrage, journal télévisé (10 minutes maximum) ; Roman-photo (papier format A4, maximum 8 pages) ; Production graphique (dessin (A4 ou A3), bande-dessiné  (A4 maximum 8 pages) affiche (A4 ou A3), arts plastiques (école primaire uniquement) ; Jeux de société.

Ce concours est ouvert à tous les élèves qui étudient le portugais à l’école primaire, dans les collèges et les lycées d’enseignement général, technologique et professionnel publics ou privés sous-contrat en France métropolitaine et d’Outre-Mer.

Ce Concours comporte 3 niveaux avec des critères d’évaluation correspondants :
- Niveau primaire (CM1 et CM2)
- Niveau collège (de la 6ème  à la 3ème)
- Niveau lycée (de la 2nde à la Terminale).

Il s’agit d’un travail individuel ou collectif (maximum 4 élèves).
Ce travail sera présenté en langue portugaise ou française.

Le règlement du concours et le bulletin de participation pourront être fournis par le professeur ou téléchargeables sur le site de l’ADEPBA (www.adepba.fr ) ou de la Coordination (www.epefrance.org)

Une inscription est valide à la double condition que le travail accompagné du bulletin de participation, dûment rempli et signé par le représentant légal de l’élève, soit envoyé au plus tard le 9 avril 2019, cachet de la Poste faisant foi.
Le palmarès récompensera les trois meilleurs travaux de l’école primaire, des collèges et des lycées participants.

Le jury sera composé de membres de l’ADEPBA, de la Coordination, de représentants (des mécènes) et de  l’Inspectrice générale de l’Education nationale responsable du groupe de portugais.
Le jury établira lui-même les modalités d’évaluation des productions reçues.
Les décisions du jury seront souveraines et incontestables.

Prix décernés pour chaque niveau (école primaire - collège - lycée) à chaque lauréat* :
1er prix, une tablette Apple IPAD Air 16 Go Argent
2èmeprix,  une caméra Sport GoPro Hero3 White Edition  
3èmeprix, un Appareil photo compact Samsung Smart Camera DVD180 Blanc

*Dans le cas d’un travail collectif, la valeur du prix sera divisée par le nombre de participants (maximum 4) et chacun recevra un bon d’achat.

Les résultats seront publiés dans le courant du mois de mai 2019 sur le site de l’ADEPBA (www.adepba.fr) et de la Coordination de l'Enseignement, CEPE (www.epefrance.fr )


Lancement de la campagne à l'Hôtel de Ville de Paris le samedi 14 octobre




De gauche à droite : Adelaide Cristóvão, Coordinatrice de l’enseignement portugais en France ;  Michel Perez, Inspecteur Général honoraire de l’Education nationale ; Antonio Oliveira, Secrétaire général de l’ADEPBA ; Marie Héléne Euvrard, présidente de la CCPF ; Izabella Borges, Déléguée à l’enseignement et à la culture à l’Ambassade du Brésil.


L'ADEPBA lance une campagne nationale pour l'ouverture de cours de portugais
dans les établissements scolaires en France



Voir le dépliant de la campagne au format PDF ci-dessous et cliquez sur les liens actifs.

Voir ci-dessous le fichier papier au format PDF.
Si vous souhaitez recevoir ce dépliant, merci d'envoyer un e-mail à : secretariat@adepba.fr

ENSEIGNEMENT DU PORTUGAIS EN FRANCE


Bilan de l'Enseignement du portugais en 2014-2015

Michel PEREZ, Inspecteur Général de l'Education nationale a fait une présentation de l'Enseignement du portugais en France à l'hôtel de Ville de Paris, le 10 octobre 2015 au moment de l'atelier :"Bilan de l’Enseignement du portugais en France ».
ACTIVITES DANS LES COL. LYC. ET FACS
ACTIVITES CULTURELLES

Consultez l'actualité sur la page Facebook de l'ADEPBA
APPEL A PROJETS - PUBLICATIONS
 
Copyright 2015. All rights reserved.
Retourner au contenu | Retourner au menu